À quoi sert le Conseil synodal ?

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

S'il remplace pour trois ans le Conseil pastoral diocésain, le Conseil synodal est avant tout le vis-à-vis de l'Équipe synodale. Présentation de son rôle par le P. Gérard Faure, vicaire général du diocèse de Bordeaux et membre de ce conseil.

Quel est le rôle du Conseil synodal ?

L’équipe synodale, dont le secrétaire général est le P. Samuel Volta, est chargée de réaliser la préparation et l’animation du Synode. À intervalle régulier, elle s’associe au Conseil synodal pour réajuster la réflexion, l’enrichir d’idées nouvelles… Ce Conseil est donc un relais, qui regroupe des fidèles venus de tout le diocèse et qui accompagne l’équipe pilote. Cela fait de ce Synode une histoire communautaire, où nous marchons vraiment ensemble.

Il a aussi pour but d’aider au dialogue, non seulement de toute l’Église mais aussi avec la société. Nous constatons aujourd’hui que beaucoup de jeunes sont interrogatifs sur le sens de leur existence, font des démarches et interpellent l’Église… Nous devons donc sans cesse améliorer ce dialogue avec la société pour y témoigner de l’espérance qui est la notre.

Comment est composé ce Conseil ? Quels ont été les critères ?

L’idée n’est pas d’avoir un “panel représentatif”, même si nous avons tout de même fait attention à réunir des personnes témoignant des différents visages de notre Église diocésaine. Il y a ainsi une religieuse, des prêtres et de nombreux laïcs, des hommes et des femmes. Nous avons aussi été attentifs à ce que la génération des 25-50 ans soit bien présente. Nous avons l’envie de rejoindre cette génération qui, de par son âge et ses activités professionnelles et familiales, est moins engagée voire absente de la vie de l’Église. C’est pourtant bien elle qui doit construire l’avenir qu’elle vivra demain.

Le Conseil synodal avait sa première rencontre ce jeudi 4 février. Quels étaient les points abordés ?

Au programme de notre première rencontre, la présentation de la feuille de route du Synode, le Conseil devant donner son avis sur ce déroulé et les grandes étapes à venir. Le deuxième chantier concerne le questionnaire général qui va être envoyé au plus grand nombre. Nous devons donc valider à la fois son contenu et sa méthode.

À quoi servira cette large consultation ?

Elle n’a pas pour but de dégager une thématique, celle-ci étant donnée par l’évêque : « créer des communautés pour former des disciples missionnaires ». Néanmoins, les retours de cette consultation seront relus et travaillés à la lumière de cette expression de « disciples missionnaires » qui est le point majeur de notre démarche synodale.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+